Un voilier avec une histoire fête ses 100 ans

Un voilier avec une histoire de radioamateur fête ses 100 ans

La goélette Bowdoin a cent ans cette année. Désormais propriété de la Maine Maritime Academy (MMA) en tant que navire-école, l’histoire de la radioamateur du Bowdoin de 88 pieds (LOA) est souvent négligée.

Construit dans le Maine spécifiquement pour l’exploration de l’Arctique, le navire s’est appuyé sur la radio amateur pour la communication pendant l’expédition arctique de l’explorateur Donald B. MacMillan de 1923 et sur l’expédition MacMillan-McDonald-Byrd de 1925 – en partie grâce au co-fondateur de l’ARRL Hiram Percy Maxim, W1AW. Le vénérable navire, navire officiel de l’État du Maine et navire amiral du programme d’exploitation et de technologie des navires de la Maine Maritime Academy, a récemment subi une restauration et un réaménagement complets de la coque et a effectué une petite tournée pour marquer son centenaire. Son port d’attache est Castine, Maine.

Les émetteurs à ondes longues utilisés par MacMillan lors de ses missions précédentes s’étaient révélés “incapables de pénétrer l’écran des aurores boréales”, a expliqué l’historien de l’ARRL de l’époque, Michael Marinaro, WN1M (SK), dans son article “Polar Exploration” du numéro de juin 2014. de la TVQ. En 1923, MacMillan s’est tourné vers l’ARRL pour l’aider à équiper sa prochaine expédition avec un meilleur équipement sans fil. Marinaro a raconté : « Il a été fourni avec enthousiasme. » Maxim et le conseil d’administration de l’ARRL ont recruté Donald H. Mix, 1TS, de Bristol, Connecticut, pour accompagner l’équipage en tant qu’opérateur radio.

MB West, membre du conseil d’administration de l’ARRL, a conçu l’équipement, qui a ensuite été construit par des amateurs dans son entreprise, Zenith Electronics. L’émetteur fonctionnait sur les bandes d’ondes moyennes de 185, 220 et 300 mètres, exécutant 100 W vers une paire de tubes Western Electric “G”. Les missions exploratoires précédentes avaient utilisé des engins fonctionnant sur des fréquences à ondes longues. La station à bord du Bowdoin a reçu l’indicatif d’appel WNP — Wireless North Pole.

“WNP a transmis des communiqués de presse hebdomadaires de 500 mots et des listes de stations travaillées et entendues”, a déclaré Marinaro. « Une fois reçus par les stations amateurs, ces reportages ont été livrés aux journaux locaux affiliés à la North American Newspaper Alliance ; à partir de là, ils ont été distribués dans tout le syndicat par télégraphe.

La tentative ultérieure de MacMillan au pôle Nord s’est concentrée sur le sans fil. Les objectifs soutenus par la Marine et la National Geographic Society étaient de déterminer les pleines capacités de la radio au nord de la ceinture aurorale et d’explorer le nord par voie aérienne. La réalisation exceptionnelle de l’expédition de 1925 se situe dans le domaine de la radio. Utilisant des ondes courtes, l’expédition a été en contact constant avec le monde extérieur tout au long du voyage, pour le plus grand plaisir des amateurs qui ont pu les travailler. Le succès phénoménal a prouvé à la Marine que les ondes courtes étaient nettement supérieures aux ondes longues et ultra longues que les flottes utilisaient.