Les dernières nouvelles ...
Accueil / Administrations ANFR ARCEP DGE / USA, Messages radioamateurs cryptés ou codés

USA, Messages radioamateurs cryptés ou codés

Messages radioamateurs cryptés ou codés

L’ARRL signale qu’il a été demandé à la FCC de clarifier les règles d’amateur régissant les messages chiffrés ou cryptés
Le bureau des télécommunications sans fil de la FCC sollicite des commentaires sur une requête en annulation déposée au nom de l’Université de New York (NYU) visant à préciser que la section 97.113 (a) (4) du règlement sur le service d’amateur interdit la transmission de «messages effectivement chiffrés ou codés, y compris des messages qui ne peuvent pas être facilement décodés par voie hertzienne pour obtenir un sens véritable». Les commentaires doivent être remis au plus tard le 2 décembre (commentaires de réponse). déjà déposé) dû le 17 décembre.
La FCC a demandé à ce que tous les dépôts fassent référence au dossier WT n ° 16-239, qui découle d’une pétition de l’ARRL visant à établir des règles visant à supprimer les limitations du débit de symboles pour les bandes d’amateur et n’est pas lié au problème plus général du cryptage.
«Pendant des années, certains titulaires de licences d’amateur ont violé l’article 97.113 (a) (4) en invoquant une interprétation qui contrevenait aux deux principes fondamentaux – ouverture et transparence – qui ont permis aux titulaires de licences de radio amateur d’autoréglementer efficacement les bandes du service de radio amateur, »Affirme la pétition de NYU. «Cette interprétation a limité les efforts des titulaires de licence de service de radio amateur pour auto-contrôler efficacement les bandes d’amateur, permettant ainsi la violation continue de nombreuses autres règles pour les amateurs. Par conséquent, le Conseil devrait éliminer l’incertitude qui subsistait quant à la signification de l’article 97.113 (a) (4) et préciser que la règle interdit la transmission de messages chiffrés ou codés de manière efficace, y compris des messages qui ne peuvent pas être facilement décodés par voie aérienne. sens. »

La NYU a expliqué pourquoi elle avait été impliquée dans une affaire de réglementation relative à la radio amateur dans un document déposé ex parte en juillet 2019 par le conseiller juridique de l’université. «En tant que principal centre de recherche et de recherche en ingénierie radio, Samuel Morse, pionnier du code Morse et pionnier du télégraphe et du code Morse, s’est engagé à promouvoir l’innovation dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques et à y attirer de nouveaux venus. STEM) ”, a déclaré la lettre à la secrétaire de la FCC, Marlene Dortch, signée par Ari Q. Fitzgerald de Hogan Lovells US LLP. « Nous ne pouvons penser à un meilleur moyen pour la FCC de promouvoir ces objectifs que de défendre la transparence et l’ouverture dans la radio amateur. »

Le professeur d’ingénierie électrique de la NYU, Ted Rappaport, N9NB, a déposé la pétition au nom de l’université avec Michael J. Marcus, N3JMM. La pétition reflète l’opinion de Rappaport selon laquelle le logiciel de messagerie de radio amateur Winlink est «un exemple de système contrevenant aux exigences de la Commission». Il incluait également PACTOR 2, PACTOR 3, PACTOR 4, WINMOR, ARDOP et VARA.
Lisez l’histoire complète d’ARRL à l’ adresse https://www.arrl.org/news/view/fcc-asked-to-clarify-amateur-rules-governing-encrypted-or- encodeded-
messages.

%d blogueurs aiment cette page :