Les dernières nouvelles ...
Accueil / Divers / Dispersion multi-dimensionnelles

Dispersion multi-dimensionnelles

Ce titre parlera à ceux qui décortique le numérique toute nature et modes. Nos expérimentations numériques continuent en Franche Comté pour alimenter les explications aux constats de liaison. Comprendre pour avancer. Le numérique est très dur avec ses adeptes. En analogique le principal soucis en liaison simple était basé sur le S/B, où seuls, les signaux faibles nous faisaient du soucis. Pendant des années nous avons été mobilisés sur le facteur de bruit des récepteurs. En numérique, ce sont les extrêmes et le milieu qui mobilise. Pas assez de signal, les fluctuations intermédiaires à signal moyen, puis le fort signal sont des étapes à problème. Nous comprenons beaucoup mieux maintenant le casse-tête de la distribution TNT, exemple bien connu. Par contre, pour nous, tordus de la communication, il était délicat de mettre les doigts dans le Voice Numérique en raison de sa complexité générale. Il sera nécessaire par la suite de classer et répertorier les critères techniques à décortiquer pour maîtriser les systèmes numériques dans notre cas d’utilisation non comparable aux réseaux structurés. Lors de discussions animées ces derniers mois dans les milieux professionnels, il était clair d’une sensibilisation aux difficultés spécifiques. Pour résumer, nous voulons faire l’inverse d’un réseau maillé, dont les niveaux sont quasi constants, éliminant ainsi une bonne partie des pièges. Une liaison isolée ou un relais isolé, cet à dire sans structure, récoltera la totalité des problèmes connus dans ce domaine. Les premiers éléments ennemis des liaisons se trouve dans la dispersion des signaux livré à eux-même. C’est le cas d’un mobile par rapport à un relais dont les niveaux fluctuent fortement en niveau et en phase. Pour les expérimentés, conscients d’anomalies fortement prévisibles, il est pertinent de reprendre un article de Kurt  he9dyy qui décrit très bien une des difficultés majeures à surmonter; le fading sélectif et ses conséquences sur la structure numérique. En précisant que la correction d’erreur a ses limites.
http://www.von-info.ch/hb9afo/histoire/HE9DYY/7%20Le%20fading%20selectif.pdf
http://cdn.rohde-schwarz.com/pws/dl_downloads/dl_common_library/dl_news_from_rs/155/n155_smiq_fr.pdf
http://www.spirent.com/~/media/White%20Papers/Mobile/Fading%20basics.pdf

 

 

Source ED39

%d blogueurs aiment cette page :