C’est une nouvelle inquiétante, à quelques semaines du début de la conférence sur le climat à Paris. L’un des trois principaux glaciers du nord-est du Groenland (Danemark), le Zachariæ Isstrøm, est entré « en phase de retrait accéléré depuis 2012 », selon une étude américaine publiée jeudi 12 novembre dans la revue Science (en anglais). La fonte de la glace est susceptible de faire monter le niveau des mers de « plus de 45 centimètres ».

Le Zachariæ Isstrøm évacue une partie de la calotte glaciaire du Groenland vers l’océan arctique. Les chercheurs de l’université d’Irvine (Californie) ont calculé que la vitesse d’écoulement de la glace vers la côte a augmenté d’environ 50% entre 2012 et 2014, rapporte Le MondeAu total, le glacier perd désormais cinq milliards de tonnes de glace par an, sous l’effet du réchauffement climatique.

Le réchauffement affecte « tout le Groenland »

« En se rétractant, la langue flottante perd sa capacité à retenir la partie amont du glacier, qui va donc s’écouler plus vite vers l’océan et précipiter le vêlage d’icebergs, c’est-à-dire la rupture et l’écroulement de blocs de glace », a expliqué Gaël Durand, du CNRS, au quotidien.

« Nous pouvons observer directement les conséquences du réchauffement climatique sur les glaciers polaires, abonde Eric Rignot, coauteur de l’étude. Les changements sont stupéfiants et affectent maintenant tout le Groenland.